More

    Kyllian Pieux, Empereur du Flex, prend la parole

    c’est une belle initiative qui va mettre l’art du meming sous les feux des projecteurs, et qui va développer ses leviers de croissance sur le long terme. 

    Kyllian Pieux
    Kyllian Pieux, le 9 janvier 2020
    Kyllian Pieux, le 9 janvier 2020

    La Coupe de France de Memes permet à chaque neurchi, plus ou moins gros, de rivaliser d’ingéniosité afin d’assurer sa promotion. Un homme, surnommé Empereur du Flex par ses pairs, se bat pour celle de Neurchi de flexibilisation du marché du travail. Il s’agit de Kyllian Pieux. Neurchi de memes d’Actualités lui laisse la parole.

    Propos recueillis par François le Corbeau et article rédigé par François de la Presse pour Neurchi de memes d’Actualités

    Article ouvert aux non-abonnés
    Publié le 8 janvier 2020

    Temps de Lecture : 15 mins.

    L’entretien, que nous n’avons pas fait relire, s’est déroulé via messenger, lundi 6 janvier.

    Bonjour Kyllian ! Une rapide présentation pour ceux qui, comme moi, ignoraient votre existence jusqu’à hier soir ?

    Je suis Kyllian et je représente le Neurchi de flexibilisation du marché du travail (NdFlex). 

    J’ai 25 ans et je vis à Dunkerque. Depuis mon diplôme de HEC, j’exerce la profession d’associate dans la succursale lilloise d’une grande banque d’affaires. Je gagne 58k brut hors bonus – ce qui fait de moi le premier contribuable des Hauts-de-France, mais ne parlons pas de sujets qui fâchent… 

    Je viens souvent à Paris le week-end pour retrouver mon copain, qui est Chief Happiness Officer dans une start-up. Il me manque car je ne l’ai pas vu depuis 2 mois à cause des grévistes qui prennent la France en otage… 

    C’est votre vrai prénom, Kyllian ?

    Kyllian, Joël, Patrice selon l’état-civil ! J’aurais évidemment préféré avoir un prénom de Président, comme Nicolas ou Emmanuel, mais on ne choisit pas son prénom !

    Dans le passé, j’ai beaucoup souffert de moqueries à l’égard de mon prénom, surtout que je suis originaire de Hénin-Beaumont… Mais depuis que mon homonyme Mbappé a gagné le respect en devenant champion du monde, la vie est plus facile. 

    Aujourd’hui, mon prénom est mon étendard et je le porte haut et fort, d’autant que mon père Marcel et sa sœur Josiane doivent être fiers que leur petit Kyllian représente aujourd’hui une communauté de plus 60.000 personnes. 

    Vous avez très rapidement pu bénéficier de l’aval d’Eloi Courau, admin de Neurchi de Flexibilisation du marché, pour les représenter durant cette interview. Quelle est selon vous la raison de cette confiance ?
    Ce n’est pas un secret… Eloi vient de l’ESCP, moi de HEC. Cela doit susciter une forme d’admiration et de confiance de sa part.
    C’est aussi le cas dans le milieu professionnel. Les recruteurs font naturellement confiance à un diplômé de HEC, plutôt qu’à un diplômé de l’Audencia ou de la Weller International Business School.
    Pouvez-vous nous parler un peu du neurchi que vous représentez ? Son atmosphère et ses spécificités ? [Et sans ppt SVP]

    NdFlex est un neurchi dont l’objectif est de partager des publications relatives au monde du travail, qui suscitent le rire et/ou le débat, dans le respect de l’environnement et de l’égalité femmes-hommes. 

    S’il fallait citer les trois facteurs clés de succès du neurchi : 

    • La diversité des contenus : sur NdFlex, il y a des memes, mais aussi des photos, des vidéos, des pamphlets, des Powerpoint, … Cette diversité favorise les interactions, ce qui crée des liens forts entre membres, contrairement aux groupes classiques qui ne recueillent que des likes de politesse sans susciter d’échange.
    • La diversité des membres : NdFlex est leader sur le marché des femmes, avec plus de 25% de femmes. Une diversité des sexes donc, mais aussi une diversité de sensibilités politiques : tous les courants sont représentés, du marxisme à l’anarcho-capitalisme, en passant par le pikettysme bobo et le macronisme social.
    • L’inclusion : chacun peut comprendre nos publications. Chez nous, point de private jokes qui ne seraient comprises que par une élite. Le seul langage codé de notre groupe, c’est le duopole Fabieng vs. Corenting (managers vs. collaborateurs). C’est facile à assimiler. Du reste, les flexeurs sont toujours enclins à aider un normie qui est perdu.

    Maintenant, plus compliqué, présentez votre neurchi en un meme SVP.


    J’ai sélectionné ce meme, car je le trouve assez représentatif du premier degré légendaire des gauchistes infiltrés dans le neurchi, et qui est la cause essentielle des clashs qui font tout le sel de NdFlex. 

    Neurchi de flexibilisation du marché du travail - Jean Morize
    Neurchi de flexibilisation du marché du travail – Jean Morize

    Alors sous prétexte qu’ils se considèrent exploités, on n’aurait plus le droit de rire ? C’est ça qu’on veut pour la France ? On sait tous qu’il y aura toujours des inégalités et que c’est inhérent au capitalisme. Mais est-ce que c’est si grave que ça, les inégalités ? Est-ce qu’on ne pourrait pas grandir de temps en temps, et arrêter de vouloir changer le monde ? 

    Le capitalisme est le meilleur système, Homo sapiens a mis 300.000 ans pour y arriver. Et aujourd’hui, quelques sweats à capuche et quelques dreadlocks voudraient tout détruire ?… [Kyllian laisse éclater un sanglot…]

    Vous avez l’air très affecté Kyllian, voulez-vous arrêter l’interview ?

    Non… ça me donne toujours des frissons de parler de ça, notamment quand je pense au communisme qui a fait plusieurs milliards de victimes. Pardonnez-moi, continuons l’interview.

    Pour décrocher cette interview, vous m’avez assuré détenir une information exclusive pouvant faire bouger la tectonique des plaques de la CdFdM ? Laquelle ?

    Non je n’en avais pas… Merci par avance de ne pas rappeler cette promesse et d’enlever cette question dans la version publiée.

    Promis ! Des conseils pour rendre notre stagiaire plus flex ?

    Je recommande trois étapes méthodiques : 

    • Étape 1 : lui promettre un CDI. Mais soyez subtil ! Il ne doit pas avoir l’impression que c’est une façon de lui mettre la pression. Projetez-vous avec lui avec des phrases innocentes comme « tu sais en juin, on va rencontrer notre plus gros client, il t’aime bien » ou « ça te dirait, toi, de participer au séminaire de l’an prochain ? ». 
    • Étape 2 : lui offrir régulièrement des bières en afterwork. Il sera redevable et vous trouvera sympa, ce qui le poussera à se dépasser pour l’entreprise. Ayez l’air naturel.
    • Étape 3 : si vous croisez votre PDG dans les couloirs, n’oubliez pas de lui présenter et de valoriser votre stagiaire. Ce sera bon pour votre stagiaire : il se sentira pousser des ailes, ce qui boostera sa productivité. Et ce sera bon pour vous : votre PDG pensera que vous êtes un manager charismatique et que les gens suivent votre leadership

    Quel regard portez-vous sur cette coupe jusqu’à maintenant ?

    Au demeurant, c’est une belle initiative qui va mettre l’art du meming sous les feux des projecteurs, et qui va développer ses leviers de croissance sur le long terme. 

    Pour l’heure, je trouve l’organisation un peu brouillonne mais conforme à ce qu’on attend d’une jeune start-up comme la CdFdM. Je me permettrais deux recommandations :

    • Respecter un délai de 2 heures entre chaque validation de post, afin de laisser l’opportunité à chaque memeur de percer. Quand les modérateurs valident plusieurs memes d’un coup, les premiers validés sont moins visibles dans le journal Facebook. Sur le plan managérial, c’est très dévastateur pour un memeur de bider à cause d’un mauvais timing : dans certains cas, le sentiment de honte et la dévalorisation de soi peut aboutir à une dépression nerveuse voire à un burn-out
    • Limiter la profusion de règles. Les modérateurs postent beaucoup de nouvelles réglementations, de nouveaux interdits, de nouvelles règles toujours plus complexes… Or l’excès de régulation nuit à la créativité, à l’esprit d’innovation et à la croissance. Laissez la main invisible du marché réguler nos relations, le monde s’en portera mieux !
    Neurchi de Flexibilisation du Marché du travail est l’un des plus gros groupes de la compétition. +60k membres. Pensez-vous que cela vous apporte un avantage stratégique sur vos concurrents ?

    Incontestablement. 

    Mais parce que nous croyons à la concurrence libre et loyale, nous avons décidé de ne pas en profiter. Chacun votera uniquement en fonction de la qualité des memes. C’est notre engagement. 

    La concurrence libre et loyale
    La concurrence libre et loyale

    Dans nos précédentes interviews, Cyprien nous parlait de la MEGALLIANCE, tandis qu’Aissia expliquait apprécier les dino-trébuchistes. Et vous-même, avez vous une affection prononcée envers d’autres neurchis ? Des alliances en préparation ?

    Vous savez, la politique politicienne, ça ne m’intéresse pas… Des neurchis meurent et se font zucc à cause de petites querelles d’ego. On se souvient tous avec émotion du « Neurchi d’escalade rapide » qui a brutalement sombré à cause des luttes de pouvoir et à cause du management défaillant.

    La position de NdFlex est de garder de la hauteur. Il n’y aura pas d’alliances.

    Et personnellement, en tant qu’associate en M&A, je suis bien placé pour savoir que les fusions-acquisitions et les alliances, tout ça ne fonctionne jamais. Même quand on licencie des gens, les économies de personnel sont annihilées par la baisse de productivité liée à la léthargie post-merger… Tout le monde le sait, mais évidemment on n’en parle jamais au client, car pas de deal, pas de bonus !

    Au contraire des neurchis que vous n’appréciez que peu ? On pense à l’ouverture récente de neurchi de chômeurs…

    Vous m’apprenez l’existence du neurchi de chômeurs… Mais détrompez-vous, je n’ai rien contre eux. Je vois les choses plus positivement : un chômeur de plus, c’est toujours des frais de personnel et des charges sociales en moins à supporter par nos entreprises !

    Sinon, il y a le Neurchi de Trébuchets (NdT) que je ne porte pas dans mon cœur. Je ne comprends pas le délire des catapultes, des projectiles et des poulies. 

    En fait, je soupçonne que NdT soit un groupe qui rassemble une large majorité d’hommes, gamers, de moins de 65 kg, mal coiffés, célibataires, vivant au domicile maternel. Ça n’a rien de mal en soi, mais ce que je leur reproche (moi qui suis un fervent militant de l’inclusion), c’est qu’ils prennent un malin plaisir à rester entre eux et à ne pas partager leur délire. 

    Que pensez-vous de l’indépendance de la presse ?

    Vous savez, un journal n’est jamais indépendant. Qui peut prétendre être toujours indépendant, sans parti-pris et sans préjugés ? C’est la pluralité de la presse qui garantit son indépendance : le Figaro, l’Opinion, les Echos, Le Revenu, … la presse est diversifiée, et c’est tant mieux pour la démocratie. 

    Pour ce qui nous concerne, je constate que BFMemes est seul à faire la pluie et le beau temps sur le marché des neurchis. C’est un axe d’amélioration pour la prochaine décennie. 

    Votre neurchi a, les premiers jours d’ouverture de cette coupe, été plutôt passif. Des publications le mettant en scène commencent progressivement à émerger. Sur quel rythme de production pensez-vous partir ? Celui-ci risque-t-il de s’intensifier ?

    Le neurchi a été passif parce que les horaires de travail de ses membres sont très extensifs. Vous savez, le monde bouge, il bouge vite et il ne nous attend pas. Il faut dédier 100% de son temps à la création de valeur pour l’entreprise si on veut être leader de son marché. 

    J’espère que mes camarades sauront se dépasser pour publier au moins une fois par jour.  

    Que pensez-vous du format de ce tournoi ?

    Équilibré et juste. J’en profite pour dire qu’à NdFlex, on trouve ça très bien de mettre en avant des petits neurchis dans la compétition.

    Il y a évidemment aucune chance pour qu’ils gagnent une médaille, mais ils auront gagné de la visibilité. Avant d’être un groupe de 60.000 membres, NdFlex est aussi passé par le cap des 100, des 1.000, des 10.000, etc. Pour vivre ses rêves, il faut de se donner les moyens de réussir : la visibilité est l’un de ces moyens.

    Vous avez indiqué dans le message de proposition d’interview que vous étiez l’un des candidats en lice pour représenter votre neurchi. Indiquez-nous en plus sur le processus de sélection.

    NdFlex n’a pas encore lancé le processus de sélection des champions. 

    Face à cette situation, j’ai été proactif et j’ai lancé une grande consultation publique que vous pourrez trouver sur le neurchi. Plus de 63,5% de NdFlex soutiennent ma candidature de manière totale et inconditionnelle.

    Les résultats de la grande consultation publique
    Les résultats de la grande consultation publique

    Quant aux deux autres champions à trouver, j’ai des noms de personnes talentueuses en tête, mais je laisse à mes administrateurs le choix dans la date de leur désignation.

    Un mot pour vos détracteurs au sein de votre neurchi ?

    Ma priorité est de rassembler mon neurchi. Il y a bien entendu quelques voix discordantes. Ils me font penser aux syndicalistes : ils critiquent tout, mais ils ne font aucune proposition ! Je ne leur en veux pas, car je sais que les épreuves, les difficultés et les échecs de la vie, les feront évoluer et gagner en maturité. 

    Des syndicalistes unis pour gagner
    Des syndicalistes unis pour gagner

    Pour le reste, je redis à mes amis combien leur soutien est précieux, et combien je les aime.

    Quelle est votre ambition pour cette coupe ? Gagner en visibilité ?

    J’ai deux ambitions : en interne, je me suis engagé en cas de victoire à faire passer le nombre de membres de NdFlex de 60.000 à 500.000 d’ici la fin de l’année, grâce aux retombées publicitaires de la Coupe.

    Au-delà, la diffusion massive des valeurs du flex sur toute la communauté des neurchis devrait ruisseler sur la France, et lui permettre de regagner les 3% de croissance qu’elle a perdu à cause des grévistes et les Gilets jaunes, qui ont égoïstement bloqué la France.

    Parmi les 40 concurrents, certains vous effraient plus que d’autres ? Pourquoi ?

    J’ai du respect pour mes concurrents, mais je vais vous dire une chose claire et nette : je n’ai peur de personne. Et je le pense vraiment, je ne dis pas ça pour exagérer ma virilité et gagner les voix de Neurchi de memes de meufs (NdMdM) !

    La compétition résumée en un meme ?

    Par Kyllian Pieux
    Par Kyllian Pieux

    Nous vous laissons le mot de la fin Kyllian ! 

    Je veux remercier BFMemes.com et aussi vous, François, de m’avoir accordé cette interview. Je voudrais aussi souhaiter bonne chance à tout le monde dans cette CdFdM. 

    Je terminerais avec ma citation favorite, qui vient d’un grand président américain :

    Citation préférée de Kyllian Pieux
    Citation préférée de Kyllian Pieux

    NB : Cette interview n’est pas représentative des avis de Neurchi de Memes d’actualités, et des membres de l’équipe de Rédaction. Les images intégrées à l’article ont été sélectionnées par Kyllian.

    Articles récents

    L’interview choc du patron des media : Jean Bono

    Bien sûr qu’on va tricher en faisant des articles en notre faveur. Jean Bono

    Rendez-vous avec le séducteur de l’Amicale du Meme : Louis Binocle

    je tiens à pré..préciser que Lalou appartient au pa..passé.. Louis Binocle La Coupe...

    Pierre Pmd nous parle DU Neurchi de la bonne ambiance : Neurchi de Palmashow

    Ça en devient même un événement vraiment important, incontournable dans l'Histoire de la Neurchisphère. Pierre Pmd

    Gabriel Kaikati nous présente un participant discret : Neurchi de Memes Extra-muros

    Nous on est dans le vrai monde, on n’a pas le temps pour l’animosité. Gabriel Kaikati

    Antoinette Arriagada revient sur un des favoris de la compétition : NdOSS117

    Le film OSS 117 est une mine d'or à memes. c'est un film à répliques... Antoinette...

    A voir aussi